[TEST] Halo Ce – Anniversary

Après déjà 4 Halo sorti depuis 2001, Bungie tire sa révérence sur Halo reach et laisse la place à 343 industries pour la suite de sa série qui a propulsé le studio au sommet. Le précurseur de cette longue série, non encore achevée à ce jour, sorti en 2001 et porta le nom de Halo : Combat Evolved. En 2011, pour l’anniversaire de ce jeu épique, 343 industries sort ce remake en Haute Définition avec quelques petits bonus en prime. Mais est-ce que cette réédition répond aux attentes du public ?

 

Pillar of Autumn

L’histoire reste intacte par rapport à son ancien homologue. C’est donc sans surprise que l’on débute cette aventure en 2542 à bord du Pillar of Autumn, un vaisseau spatial de l’UNSC (Commandement Spatial des Nations Unies). On y incarne John-117, un Spartan que l’on vient de réveiller de son sommeil cryogénique.

Rappel : Un Spartan est un humain qui a été génétiquement modifié. Celui-ci est entrainé depuis sa plus tendre enfance à devenir l’élite de l’armée humaine. Il est plus puissant, plus rapide et plus fort que n’importe quel autre soldat. A l’origine, le projet Spartan fut créé afin d’éviter toute guerre civile sur Terre. Par la suite, ce programme permit de préserver la race humaine des attaques de L’alliance Convenant (des extraterrestres) qui tente désespérément de découvrir l’emplacement de la Terre afin de la coloniser.

Le Pillar of Autumn est donc attaqué et le capitaine J. Keyes a besoin de nous. En effet, les Convenants cherchent à récupérer l’Intelligence Artificielle du vaisseau, appelée Cortana , la seule à connaître la position exact de notre Terre bien aimée. Contraint de battre en retrait suite aux importants dommages subis par son vaisseau, le capitaine ordonne de passer en mode sous-espace. C’est ainsi que le Pillar of Autumn se dirige à la vitesse de la lumière (si pas plus) vers des coordonnées aléatoires pour mettre un terme aux poursuites de ses assaillants. Arrivé dans un endroit isolé à proximité d’une planète anneau (Halo), Keyes nous confie la lourde tâche d’escorter Cortana en lieu sûr. Expulsé du vaisseau à l’aide d’une nacelle d’urgence, nous nous écrasons violemment sur le sol de Halo. Pas une mais deux secondes après être sorti de la cabine, nous sommes déjà attaqués par les extraterrestres. Il vous faudra dès lors percer l’ultime secret de ce mystérieux anneau. Mais les Convenants sont-ils réellement vos seuls ennemis sur cette planète ?

Mais qu’a cet opus de si original ?

On l’a bien constaté, ce jeu ne brille pas pour son histoire innovante presque entièrement reprise du précédent Halo : Combat Evolved. Non ! Le réel plus, le principal changement de ce remake reste sans aucun doute ses graphismes. En effet, on remarque immédiatement l’énorme boulot accompli de la part de [b]343 industries[/b]. Ils sont parvenus, tout en respectant l’œuvre originale et sans dénaturer ses lieux déjà magiques à l’époque, à nous bluffer davantage que ce soit par la beauté des paysages présents sur l’anneau ou par les textures des armes, des véhicules et des personnages. A peine immergé dans le monde d’Halo, on peut observer des lieux non seulement immenses mais également majestueux. Ce constat est d’autant plus remarquable que les développeurs offrent la possibilité au joueur à tout instant de contempler par lui-même l’évolution graphique du paysage qui l’entoure. C’est alors que l’on s’empresse de tester cette épatante fonction en appuyant sur le bouton « back » de la manette permettant de repasser à souhait au graphisme du tout premier Halo. Même si cette option peut paraître anodine, le fait de pourvoir switcher entre les deux versions, c’est tout simplement une p***n d’idée de génie. Le joueur nostalgique peut ainsi redécouvrir les architectures de l’époque alors que celui n’ayant jamais touché à Halo premier du nom peut facilement observer à quel point le travail de 43 industries est concluant. Sans être le plus beau jeu de l’année, ce petit mécanisme fait la différence et parvient à satisfaire la grande majorité de son public. Malheureusement, tout n’est pas rose dans la confection de ce jeu. En effet, on remarque rapidement que son framerate a du mal à suivre. Si le CD n’est pas directement installé sur le disque dur (HDD) autant vous dire que votre déception sera grande lorsque vous devrez faire face aux nombreuses saccades diminuant considérablement l’attrait du gameplay. Ce problème est principalement ressentit lors des phases où le joueur est amené à utiliser un Warthog. Fort heureusement l’installation du jeu sur votre console permet de résoudre partiellement ce problème qui, in fine, n’entamera pas votre envie de redécouvrir l’opus.

 

Des explorateurs en herbe !

Ceux pour qui la campagne ne suffit pas auront l’agréable surprise de découvrir par ci par là certains bonus permettant de pimenter un peu plus le périple de notre Spartan. 343 industries propose en effet de partir à la recherche des crânes éparpillés dans chacun des niveaux. Pour rappel, ils permettent, s’ils sont activés, de facilité la vie du joueur ou parfois de corser la difficulté du jeu. Mis à part les crânes, le joueur a également la possibilité de dénicher quelques terminaux apportant des informations complémentaires sur l’histoire d’Halo, des forunners, des monitors… Je vous conseille d’ailleurs de noter chaque série de symboles que vous découvrirez à la fin des vidéos dévoilées par les terminaux. Cela vous sera utile par la suite. La chasse aux trésors commence !

Retour aux sources !

Mon grand moment de bonheur fût de retrouver la fameuse bande sonore du premier Halo. J’avais oublié à quel point elle était présente, aussi intense et qui plus est d’une qualité exceptionnelle. Un vrai régal lorsqu’on affronte une horde d’ennemis dans un terrain immense. De quoi être excité, voire même stressé ! Ecoutez ce bref passage de (8min xD). Tout simplement envoûtant !

Petite histoire : Martin O’Donnell a composé la musique d’Halo dans sa voiture et l’a finie le soir même. Le thème principal est un emblème de la série. Les deux premiers opus ont d’ailleurs été récompensés par le célèbre magazine américain Rolling Stone.

Le système employé dans le jeu est le suivant : selon la situation du joueur, la musique évolue. Un exemple tout simple : lorsque vous vous faites repérer par des troupes ennemies, non seulement la musique change mais celle-ci s’accentue et devient plus intense. De la même façon, la bande sonore sera différente selon l’ambiance et le gameplay, comme lors d’une ballade en Warthog.

Un air de déjà vu ?

Le gameplay ne change pas d’un yota. Une mauvaise chose ? Pas si l’on considère que de cette façon la fidélité est totalement garantie. Cependant, certaines améliorations du gameplay présent dans les dernières œuvres de Bungie n’auraient pas été de refus. C’est en effet assez dommage de ne pas disposer du boost sur les véhicules Convenants et notamment du looping sur le Banshee. Notre héro, le Spartan John-117, saute toujours aussi haut mais ne sait toujours pas courir et c’est même étonnant pour un « sur-homme« .

Pour continuer sur notre lancé, il existe encore quelques points sur lesquels 343 industries aurait pu s’attarder et de cette façon régler certains bugs présents dans la série de Bungie. Ma première remarque concerne le Warthog pour lequel l’animation des roues est assez surprenante. Comme dans tous ses prédécesseurs, les roues d’un Warthog en pleine action ne nous donnent pas toujours l’impression qu’elles tournent ce qui est assez étonnant pour un véhicule terrestre il faut l’avouer. J’ai également un critique à émettre en ce qui concerne les animations du personnage que l’on incarne. De temps à autre, elles me font penser à un robot, un petit manque de fluidité au niveau des bras se fait sentir. Mais cela ne s’observe réellement qu’en coopération.

Un mode multi/coopération, chef?

Chef, oui chef ! Une des nouveautés de ce remake réside dans le fameux mode coop. qui n’existait pas à l’époque sur le premier Halo mais qui se retrouvait par contre dans tous ceux qui ont suivis. Quel bonheur de partager une aventure pareil avec des potes ! Malheureusement, je mens en disant cela ! Oh ne vous alarmez pas, il est effectivement possible de passer d’excellents moments sur ce jeu en dégommant des Convenants et des floods mais SEULEMENT à deux joueurs… Erreur stratégique selon certains car on a été habitué à une campagne en coopération jusqu’à 4 joueurs sur tous les précédents volets ! Alors pourquoi donc la limiter à deux personnes ?! Cela reste un grand mystère. Il faut noter encore une petite chose pour la partie coopération du jeu. Ce n’est peut-être qu’un détail mais qui peut s’avérer assez énervant à force. Il faut savoir avant toute chose que lors que l’on joue à la campagne Halo en coopération, le joueur qui traîne la patte est directement téléporté, lors d’une zone de chargement, vers le joueur de tête. Et c’est là que ça coince. La téléportation (pas forcement attendue) se fait parfois directement devant le premier joueur qui se voit coupé en plein élan et parfois bloqué au beau milieu d’une action.

Bien entendu, la plupart des fans attendaient avec impatience ce Halo 1 pour mettre à l’épreuve son mode online (une première sur console). 343 industries l’a fait mais ce n’est pas un multijoueur pour Halo : Combat Evolved Anniversary qui nous a été proposé mais plutôt un add-on de Halo Reach. Dans ce nouvel Halo, il nous est possible de rejouer sur six remakes des cartes multijoueurs les plus populaires de la saga. Il s’agit là d’un plus non négligeable qui se voit malgré tout accompagné d’un bémol : pourquoi seulement six maps ? Il existe tellement de super terrains de jeu développés par Bungie au cours de ces dix dernières années et les fans de la série doivent se contenter du minimum ? C’est bien dommage. De plus, nous faire passer par un pseudo menu qui nous renvoie sur l’interface du multi de Halo Reach, rends la navigation assez redondante.

Au final, Halo : Combat Evolved Anniversary est un très bon jeu. Tous ces petits défauts que je vous ai cité sont pour la plupart des détails qui n’empêchent pas le joueur de s’éclater. Il ne s’agit pas d’un simple remake mais d’un excellent titre de plus à compter dans la saga Halo. 343 Industries a tenté de conserver l’alchimie du tout premier Halo et, selon moi, le pari est assez réussi. Bien entendu, cet opus n’est pas exempt de tout reproche. D’après moi, les développeurs ont fait un excellent travail en ce qui concerne la reprise pur du jeu original. Là où le bât blesse, c’est lorsqu’ils ont intégré certaines nouveautés. On a l’impression qu’ils ont fait ça à moitié. On peut reprendre comme preuve flagrante le mode coopération qui est sans aucun doute une merveilleuse amélioration mais qui n’offre la possibilité de jouer qu’à deux personnes. Le multi également très attendu répond partiellement aux attentes des joueurs et n’offre qu’une série très limitée de cartes. Certains diront donc qu’Halo : Combat Evolved Anniversary a été fait à moitié et manque d’originalité. D’autres penseront à coup sûr que ce remake est « reach » en contenu.

Partager :

2 pensées sur “[TEST] Halo Ce – Anniversary

  • 11 septembre 2017 à 18 h 58 min
    Permalink

    Pour toi, avec le recul, est-ce qu’ils se sont un peu moqués de nous au vu de la sortie de Master Chief Collection quelques temps après ? Qui de plus est un remake ultra complet ?

    Répondre
  • 11 septembre 2017 à 20 h 13 min
    Permalink

    Très bonne question, je pense que non. 343 industries ayant repris le flambeau il se devait de faire une espèce de test avant de se faire valider par la communauté. L’engouement est venu (ok, ca reste un Halo…. mais c’était vachement réussi). La pilule que j’ai eu du mal à faire passer c’est que dans ce fameux remake de 4 opus… le 3 soit laissé à l’abandon… ils n’y ont pas touché…par contre le cadeau de Halo 3 ODST remastérisé ça c’était cool.

    Répondre

Laisse un commentaire. (Reste courtois dans tes propos)

Aller à la barre d’outils