Chroniques d’un débutant à PUBG – Partie 2

Alors que je vous définissais avec précision ce qu’était un débutant dans le précédent article, j’ai continué à apprendre PUBG. J’en retire plusieurs nouvelles compétences. L’une d’entre elles est peut-être inutile, j’arrive quasiment à dire le titre du jeu du premier coup. PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUND. Une chose n’a pas changé est que je me sens toujours aussi noob… et je ne suis pas le seul à le penser. Ah oui ! Je ne me balade plus en caleçon, c’est déjà une amélioration.

Le lobby de chargement : la crème des joueurs de PUBG

Suivez le serpent !

J’ai donc équipé mon personnage de sa plus belle tenue… et par là, je veux dire la tenue de base. Etant un joueur assidu et consciencieux, à chaque chargement de partie, je fais le serpent. Mon record à ce jour est un serpent constitué de 8 joueurs ! Extrêmement utile et intéressant. Je pourrais faire bien d’autres choses pendant ce chargement. Le plus utile étant de s’entraîner aux armes que je ne maîtrise pas (100% des armes). Evidemment, les seules choses que je trouve amusantes à faire sont : Planter des flèches dans le postérieur des joueurs, mettre des coups de fusil à pompe sur le visage de mes équipiers ou encore m’entraîner au MMA en exécutant des superman punch !

Toutes ces actions extrêmement utiles et bénéfiques à mes conséquences sur PUBG, je les exécute pendant que les gamins de 12 ans crient n’importe quoi au creux de mon oreille… que d’autres joueurs plus vieux, mais tout aussi matures balancent des insanités. Qu’elles soient homophobes, racistes et tout autre adjectif relatant des personnes se croyant libres de pouvoir enfin dire ce qu’ils veulent… parce qu’ils sont cachés derrière un écran… mais que voulez-vous ? La nature humaine ne m’étonnera plus.

Le parachutage : un art à maîtriser

Le lancement d’une partie est tellement important. Et avec mes coéquipiers, on l’a bien compris. C’est pour cela qu’avec toute notre concentration, nous attendons que notre quatrième joueur revienne de son AFK bio… Ben oui, il faut bien vider sa vessie (ou autre) de temps en temps. Existe-t-il un meilleur moment qu’en début de partie ? Bien sûr que non ! Une fois de retour, il nous reste encore un peu de temps pour se décider ! Chacun met son repaire sur la carte, avec comme destinations favorites : Le milieu de l’océan, un cratère complètement vide ou au même endroit que 50 autres joueurs.

Evidemment, nous ne choisissons jamais l’une de ces destinations. Cependant, une fois au sol, nous ne sommes jamais tous ensemble. Mauvaise compréhension de la cible ou mauvais parachutage, le résultat est toujours le même. Notre équipe est toujours amputée d’au moins un joueur… et dans le pire des cas, l’équipe est éparpillée dans les quatre coins de la map.

PUBG: Running Simulator 2017 – Remaster of the complete collection: Gold Edition HD

De manière générale, lorsqu’on se retrouve seul face à des équipes de 4, on se fait tout petit et on se fait la malle… Que ce soit dans PUBG ou IRL. Il en résulte donc une nouvelle partie de Running simulator. Cette petite voix dans votre tête qui ne s’arrête jamais : « Il faut rejoindre tes équipiers », « Ce serait bien de looter un peu aussi… », « J’espère que je ne vais croiser personne ». Bien souvent, tout se passe pour le mieux… C’est alors que vous vous retrouvez poursuivi par une équipe, sans stuff, à devoir courir vers l’extérieur de la zone… Pendant que vos frères d’armes se vantent d’avoir un sniper avec chargeur étendu, viseur x16, coussin en cuir véritable, vitres électriques et climatiseur.

Résumé de votre partie : Vous avez couru 8 minutes, dont 2 pour échapper à une équipe. La voiture que vous aviez trouvée ne vous a été d’utilité qu’une seule minute car elle s’est retrouvée sur son toit. Vous avez ramassé une machette et une casquette. Ce qu’il vous reste à faire maintenant est de regarder votre équipe aller le plus loin possible et peut-être gagner sans votre aide. Mais dis donc, c’est super amusant comme jeu ! Eh bien vous savez quoi ? Malgré ces mésaventures ridicules, il reste amusant… et ça c’est fort !

Et maintenant ! Place à l’action

Vous le sentez aussi ? Après toutes ces aventures épuisantes de fails et autres situations débiles… Il est temps de faire du frag ! Vous avez eu de la chance et vous êtes armés jusqu’aux dents… Vous voulez avoir tout le meilleur de ce qu’on peut looter sur la map. Sniper super puissant, SMG trouvée dans un colis ou encore fusil à pompe rapide pour les endroits confinés ! Vous êtes parés ! Et meeeerde… La zone m’a tué.

Zone bleue de la mort

Pour cette deuxième partie des chroniques d’un débutant de PUBG, je pense en avoir terminé avec toutes ces games qui semblent n’avoir ni queue, ni tête. Nous avons abordé ensemble tout ce qui pouvait se passer au plus mal et nous priver du vrai potentiel de notre jeu « battle royale » préféré. Dans le prochain article nous aborderons les gunfights et courses poursuite. C’est probablement avec un grand soulagement que vous lirez enfin les anecdotes croustillantes dignes d’un thriller à l’américaine… À moins que cela ne se transforme à nouveau en nanar… C’est vous qui jugerez !

En espérant que cet article vous a plu, la suite des épisodes des chroniques d’un débutant PUBG arrivera sous peu.

En attendant, si vous n’avez toujours pas votre exemplaire du jeu, vous pouvez soutenir Gamepotes si vous l’achetez sur Amazon 🙂

Partager :

4 pensées sur “Chroniques d’un débutant à PUBG – Partie 2

  • Ping :Gamepotes - Chroniques d'un débutant à PUBG - Partie 1

  • 19 septembre 2017 à 12 h 55 min
    Permalink

    J’attends la suite avec du Gun Fight moi, des voitures qui volent des méchants qui font pan pan ! Je pense que je suis le seul à crier comme la Castafiore quand je me retourne et que je vois un ennemi qui m’a vu (à +/-2m de moi)… et vous ça vous est déjà arrivé ?! Ce jeu faut bien l’avouer est vachement intense. Ce qui gâche un peu le jeu comme tu le dis se sont les parties « Running Simulator Golden Edition » 1/4 des parties sont de ce type.(hé oui dans la golden édition, vous avez d’office la poêle pour vous protéger un minimum votre cul lorsqu’on vous tire dessus tel le chasseur qui chassait un lapin, ce matin( j’espère que tu as la chanson en tête maintenant ! )).

    Répondre
    • 27 septembre 2017 à 14 h 31 min
      Permalink

      Effectivement, il est grand temps de parler d’action ! Les castaphiores, pétages de plombs et autres histoires d’orientation devraient arriver. Au point où nous en sommes, je crois qu’il devrait y avoir maximum deux autres épisodes.

      Répondre

Laisse un commentaire. (Reste courtois dans tes propos)

Aller à la barre d’outils